Lugh & Co Témoignages de dirigeants | 9 mars 2020

[Interview] Témoignage de Stéphanie*, DRH dans le secteur du service à la personne

Dans cette interview, Stéphanie*, DRH dans le secteur du service à la personne, nous livre les raisons qui l’ont conduite à se faire accompagner par Xavier Baudard et les impacts de ce coaching dans son métier au quotidien.

Stéphanie, vous êtes actuellement DRH d’une société dans le secteur du service à la personne, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Après une formation en droit du travail, j’ai intégré une société de services en tant que juriste. J’y ai travaillé pendant un peu plus de 7 ans durant lesquelles j’ai pu évoluer et occuper des fonctions RH plus généralistes. De nombreuses problématiques en droit du travail couplée à un turnover important chez les DRH ont fait de cette expérience une période enrichissante car j’ai eu l’opportunité d’être en contact direct avec la Direction Générale. Ce qui est très formateur dans le cadre d’un premier poste. A cette période, je souhaitais vivement étendre le champ de mes missions vers des fonctions RH et ainsi, ne plus me limiter au juridique.

A mon retour de congé maternité, je me suis donc orientée vers un poste RH généraliste. J’ai occupé cette fonction pendant 2 ans lors desquelles j’ai pu prendre en main de nouveaux chantiers comme le recrutement ou encore la formation.

Suite à cette expérience, j’intègre l’entreprise dans laquelle j’exerce aujourd’hui depuis un peu plus d’un an mon métier de DRH.

Vous avez été coachée par Xavier, l’un de nos Partners, quels sont les trois mots clés qui vous viennent en tête lorsque vous vous remémorez cet accompagnement ?

Lorsque je me remémore le coaching prodigué par Xavier, les mots clés qui me viennent spontanément en tête sont les suivants : écoute support et confiance.

L’écoute est, pour moi, un élément essentiel dans le coaching. Ce qui compte également c’est le « fit » et la notion de confiance entre le coach et le coaché. Je suis convaincue qu’en coaching, il faut pouvoir avoir affaire à quelqu’un avec qui l’on se sent à l’aise pour pouvoir échanger librement.

J’ai également évoqué le terme support parce qu’à mon sens, il est aujourd’hui rare de pouvoir échanger avec quelqu’un, dans la sphère professionnelle, qui soit dénué de tout conflit d’intérêt et qui ait pour seul objectif de faire réussir les autres dans leur métier.

Qu’est-ce qui vous a conduit à vous faire accompagner ?

Lorsque j’ai intégré l’entreprise dans laquelle j’exerce actuellement mon métier de DRH, cette fonction n’existait pas, il fallait la créer et la structurer. Et ce, dans un contexte dans lequel les fondateurs géraient précédemment une grande partie des missions et disposaient, de ce fait, de connaissances solides sur le marché. Or, ce passage de relai a été difficile car je me suis retrouvée, du jour au lendemain, propulsée à ce poste sans avoir été suffisamment accompagnée et sans avoir de réelle connaissance sur le secteur. A ce moment précis, les attentes des fondateurs vis-à-vis de mon rôle dans l’entreprise n’étaient pas assez claires. Tout cela mêlé à des modes de fonctionnement et de communication différents de ceux que je connaissais a rendu ma prise de fonction difficile et a contribué à exacerber les incompréhensions et mon manque de confiance en moi.

C’est à l’issue d’un entretien annuel que nous avons communément évoqué le coaching. J’ai pris la décision de me faire accompagner pour réussir ma prise de fonction, me positionner et mieux appréhender la création de mon propre poste.

Ayant communiqué sur mes difficultés à mes collaborateurs, l’une des personnes de mon équipe, qui avait déjà travaillé avec Xavier, m’a mis en relation avec lui.

Comment avez-vous choisi votre coach et comment travailliez-vous ensemble ?

J’ai rencontré Xavier lors d’un déjeuner en compagnie de ma collaboratrice qui avait précédemment collaboré avec Xavier. A l’issue de cela, mes supérieurs se sont enquis de mes premières impressions. Pour avoir une vision plus précise de la valeur ajoutée de ce type d’accompagnement, je me suis rapprochée de Xavier pour obtenir des références. Parallèlement, mes supérieurs m’ont fait rencontrer une autre personne connue par le fond d’investissement mais j’ai finalement choisi Xavier. Avant le démarrage du coaching, l’un d’eux a échangé avec lui, puis, Xavier et moi leur avons simplement communiqué les objectifs fixés. Lors du coaching, aucun d’eux n’a interféré, ils m’ont laissé carte blanche.

En ce qui concerne le déroulement du coaching à proprement parler, Xavier et moi avions l’habitude de nous réunir deux fois par mois. Les ateliers duraient généralement 3 heures lors desquels nous échangions sur le quotidien de ma fonction mais également sur des questions stratégiques. Lors de ce coaching, il n’y avait pas de sujet tabou, j’étais libre de m’exprimer sur tous les sujets sans redouter de jugement. Cet accompagnement m’a donc permis de prendre du recul, d’adopter une posture plus confiante et de travailler sur mon organisation et ma planification.

Quels sont les impacts de ce coaching sur votre quotidien en tant que dirigeante ? 

Au regard de mon poste, ce coaching m’a permis de mieux m’intégrer et de mieux le maîtriser. Les opérationnels m’intègrent désormais dans leurs réflexions car j’ai su saisir les opportunités de forte croissance de l’entreprise pour me positionner sur des sujets sur lesquels j’étais très à l’aise et la seule à réellement les maîtriser.

Alors que les premiers sujets que j’ai dû gérer, à mon arrivée, étaient très opérationnels, il m’a été difficile de faire mes preuves. Ma valeur ajoutée est aujourd’hui beaucoup plus évidente. Le coaching prodigué par Xavier m’a permis de traverser cette phase complexe où je devais gérer des sujets micro-opérationnels et, en parallèle, mener une réflexion sur la stratégie à plus long terme. Gérer ces deux aspects conjointement reste très difficile : l’écart entre eux nécessitant de mobiliser des méthodes de travail et des postures très différentes.

Aujourd’hui, j’ai le sentiment d’être dans une entreprise avec des enjeux et des perspectives qui correspondent mieux à mes compétences initiales. J’ai la chance d’avoir une équipe structurée, performante et engagée, ce qui me permet de me consacrer davantage à des réflexions plus stratégiques et à plus grande valeur ajoutée.

Conseilleriez-vous à un(e) dirigeante de se faire coacher ? Dans quelles situations ?

Je recommanderai à un.e dirigeant.e de se faire coacher car je pense qu’il y a des étapes charnières, dans la vie professionnelle, lors desquelles cela est nécessaire notamment lors de changements importants comme des restructurations d’entreprises, un changement de poste… Je suis convaincue que tous les dirigeants devraient se faire accompagner.

Malheureusement, pour beaucoup d’entreprises, le coût associé de ce format d’accompagnement constitue, aujourd’hui encore, un frein. Il y a une véritable réflexion à mener sur le financement des accompagnements des dirigeants.

*L’identité de cette coachée a été modifiée pour des raisons de confidentialité. 

Propos recueillis par Lugh & Co

Tous nos témoignages de dirigeants