Lugh & Co Témoignages de dirigeants | 6 janvier 2020

[Interview] Témoignage de Béatrice Laval, CEO de la marque Le Monde Sauvage

Coachée par Philippe Santini, Béatrice Laval, revient sur son expérience en tant que CEO coachée et révèle les bénéfices qu’elle a tiré de cette forme d’accompagnement.

Quel est votre parcours ?

Le Monde Sauvage a été fondé par mes parents. J’ai intégré l’entreprise pendant ma formation d’architecte et suis intervenue, pendant plusieurs années, sur la partie création, sélection et mise en scène produits jusqu’à l’arrêt d’activité de mes parents. En 2011, je me suis retrouvée, de manière fortuite, à la tête de l’entreprise avec une complète inexpérience du métier de dirigeante.

Pouvez-vous nous citer trois mots clés pour caractériser votre coaching ?

Les trois mots clés qui me viennent en tête lorsque je me remémore mon coaching avec Philippe sont : personnalisé, 360° et révélateur. Le questionnement était holistique, aucun champ n’a donc été laissé pour compte. Nous pouvions tout explorer, ce qui a rendu ce coaching très personnalisé.

Quelles sont les raisons qui vous ont conduit à vous faire coacher ? Dans quel contexte vous trouviez-vous ?

Me faire coacher était une idée qui me trottait dans la tête depuis longtemps. Passée d’une entreprise où je gérais la création entourée de mes parents à devoir la gérer toute seule sans connaissance préalable a fait naître en moi un profond sentiment de solitude. J’avais donc un besoin évident d’échanger. Or, dans la petite entreprise que je dirige, je n’ai pas d’alter ego vers lequel me tourner.

Il y a environ un an, j’ai fait face à un ralentissement d’activité après une rapide croissance, je peinais à l’analyser clairement. Je ne parvenais pas à prendre le recul nécessaire face à cette situation. Lorsque j’ai décidé de me faire coacher, je cherchais donc à identifier les leviers que j’allais devoir mettre en place pour retrouver une croissance rapide. Véritable accroc à l’action, j’attendais de ce coaching des réponses opérationnelles mais, peu à peu, j’ai réalisé que mon besoin allait bien au-delà d’une quête de réponses opérationnelles.

Comment avez-vous rencontré votre coach et comment travaillez-vous ensemble ?

Philippe m’a été recommandé par l’une de mes amies qui s’était retrouvée dans une situation similaire à la mienne. Quand je l’ai rencontré, le contact est bien passé, j’ai eu le sentiment que c’était la bonne personne pour m’accompagner sur ces réflexions.

Nous avions l’habitude de nous rencontrer toutes les deux semaines, avec dans l’intervalle, un point téléphonique.

Lorsque j’ai décidé de me faire coacher, l’un de mes objectifs était d’incarner mon entreprise. Je souhaitais pleinement me l’approprier. Nous avons donc travaillé à la fois sur cet axe et sur l’ensemble des aspects de l’entreprise pour qu’il fasse sens. Lors de ces ateliers, nous traitions les questionnements liés au quotidien de l’entreprise qui ouvraient, eux-mêmes, d’autres sujets. A partir d’une discussion, notre échange s’orientait vers une réflexion sur la façon de repenser le concept de mon entreprise. Nous abordions des sujets très variés allant de la gestion des ressources humaines au management en passant par le développement produits. Notre travail constituait une exploration large d’une multitude d’aspects, liés tout aussi bien à l’entreprise qu’à mes freins personnels. Et notamment sur la façon de m’approprier l’entreprise.

Lors de nos ateliers, j’ai pu révéler ce que je percevais de mon entreprise, la connaissance que j’en avais et mes points d’incertitude. De par son écoute, Philippe a su apporter une réelle réponse et lever mes doutes et mes questionnements.

Quels bénéfices tirez-vous de cette forme d’accompagnement en tant que dirigeante ?

Ce coaching m’a permis d’éclaircir ma vision stratégique de l’entreprise et de retrouver du sens dans mes actions. Cet accompagnement est survenu dans un contexte où j’avais besoin de retrouver du souffle. Il m’a donné de grandes directions et a permis de révéler de grandes idées à mettre en place pour mon entreprise. Par le biais de ce coaching, nous avons répondu à la question « que faire ». Maintenant que je sais « que faire », je me sens prête et disposée à identifier « comment faire ».

Dorénavant, je visualise de manière claire la stratégie à adopter pour mon entreprise. Ce coaching m’a fait beaucoup réfléchir et m’a permis de me rendre compte que je détenais, en moi, la réponse à mes questionnements. Philippe a donc accompli un véritable travail de maïeutique lorsqu’il m’a coaché. Ce que j’ai particulièrement apprécié a été la dimension personnalisée de ce coaching. Je n’ai, à aucun moment, eu le sentiment que son travail était systématique, qu’il suivait un mode d’emploi lorsqu’il me coachait.

En effet, l’une de mes appréhensions à l’idée de me faire coacher était de me retrouver face à un modèle non personnalisé, standard, une solution toute faite. Mais lors de mon premier rendez-vous avec Philippe, j’ai rapidement compris qu’il ne s’inscrivait pas du tout dans cette démarche. Philippe m’a fourni certains outils qui avaient surtout vocation à faire office de points d’appui tout au long du coaching. Sa valeur ajoutée en tant que coach a eu beaucoup plus d’impact et d’ampleur. Ce qui m’était appréciable lors de ce coaching était le sentiment de ne pas être jugée sur mes réponses, mes doutes, mes choix, mes convictions. C’est libérateur !

Philippe m’a incité à mener une réflexion approfondie sur mon entreprise, sur la redéfinition de son concept. Maintenant que ces éléments de réponse me sont clairs, les réponses opérationnelles me viennent facilement. Ce coaching a formulé différemment ce dont j’avais besoin, il a donné plus d’assise quant à ces réponses.

Quels sont les apports de ce coaching dans votre quotidien ?

L’accompagnement que m’a prodigué Philippe continue d’avoir une incidence sur mon métier. J’utilise désormais un certain nombre d’outils sur lesquels je m’appuie lors de mes prises de décision. J’ai également pu me forger une certitude quant au positionnement de mon entreprise. Je parviens à identifier clairement les forces de ma marque.

Les dirigeants sont, parfois, réticents à l’idée de communiquer sur le fait d’être accompagné ; qu’est-ce qui explique, selon vous, ce comportement ?

Je pense que les dirigeants n’osent pas révéler qu’ils sont accompagnés parce qu’ils sont censés tout savoir. Revendiquer qu’ils le sont reviendrait à démonter ce poncif. Or, dans le cadre du coaching, ce jugement de valeur est complètement levé lors des ateliers, c’est très appréciable.

En plus de la posture forte que confère le statut de dirigeant, le temps peut également constituer un frein aux dirigeants quant à l’idée de se faire coacher. Analyser ses doutes nécessite souvent du temps dont les dirigeants ne disposent souvent pas. Un chef d’entreprise est très souvent porté par l’action, par l’opérationnel et vise le pragmatisme. Prendre le temps d’explorer ses doutes lui donne ainsi beaucoup de force mais nécessite de sa part d’y consacrer du temps. Dans ce contexte, le doute peut s’apparenter, pour certains d’entre eux, à une perte de temps car le temps passé à douter n’est pas consacré à l’opérationnel, à la vie court-termiste de l’entreprise. Ce mode de fonctionnement est, certes, favorable à la gestion opérationnelle de l’entreprise mais s’avère périlleux quant à sa stratégie et à sa vision à long terme.

Conseilleriez-vous à un(e) dirigeant(e) de se faire coacher ? Si oui, dans quelles situations ?

Je conseillerai bien entendu à un(e) dirigeant(e) de se faire coacher. Pour ma part, j’ai trouvé cette expérience fantastique. Le coaching permet, selon moi, de briser la solitude du chef d’entreprise. En effet, les raisons qui conduisent à se faire coacher dépendent de la situation de chacun mais je dirai, cependant, que se faire accompagner peut permettre de redonner du sens à son métier. Parfois, en tant que dirigeant, l’on est souvent pris dans une spirale où le sens de nos actions finit par nous échapper.

Propos recueillis par Lugh & Co

Tous nos témoignages de dirigeants