Lugh & Co Témoignages de dirigeants | 9 décembre 2019

[Interview] Témoignage de Vincent Meilhac, fondateur de VGM Conseil

Coaché par Philippe Santini, Vincent Meilhac révèle les apports du coaching sur son métier en tant que fondateur de VGM Conseil.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Après une expérience de vingt années passées au sein de banques privées lors desquelles j’ai notamment occupé des postes de direction auprès de trois établissements bancaires (Neuflize OBC, Martin Maurel, BRED Banque Privée), j’ai eu la volonté de me recentrer et me reconnecter à mes clients.

Je souhaitais contribuer, de manière plus directe, et probablement plus efficace, à leur délivrer du conseil en matière du pilotage de leurs investissements et de leurs financements. L’occasion m’a été donnée avec mon départ de BRED Banque Privée.

Il s’agissait, selon moi, d’un moment opportun pour créer ma structure : un cabinet de conseil patrimonial stratégique pour dirigeants. Je les accompagne aujourd’hui dans la structuration et l’organisation, le financement et le développement de leurs patrimoines professionnel et personnel.

Pouvez-nous nous citer trois mots clés lié au coaching que vous prodigue Philippe ?

Méthodologie, recul et challenge sont les trois principaux mots clés qui me viennent en tête lorsque je me remémore les différents ateliers prodigués par Philippe depuis qu’il est devenu mon coach.

Philippe a dirigé des entreprises et a donc une vision complémentaire par rapport à ce que je décris et à ce que je fais, il m’apporte un réel recul sur mon activité avec beaucoup de bienveillance et de respect.

Comment avez-vous rencontré Philippe ?

J’ai rencontré Philippe lorsqu’il était à la tête de la régie publicitaire de France Télévisions. Lorsque j’ai quitté la BRED, une clause de départ me permettait de bénéficier de l’accompagnement d’un coach, j’ai sollicité Philippe à ce moment-là. A cette époque, la raison qui m’a conduit à me faire accompagner était différente.

Depuis, j’ai décidé de reprendre ce coaching dans le cadre de la création de ma nouvelle structure car je souhaitais m’entourer d’une équipe de professionnels pour disposer d’un soutien sur les domaines sur lesquels j’en avais besoin et ainsi, me donner toutes les chances de réussir. J’ai choisi Philippe pour m’accompagner dans cette aventure entrepreneuriale notamment pour sa capacité à me faire prendre du recul.

Comment travaillez-vous ensemble ?

Nos ateliers matinaux durent en moyenne deux heures. Ils se décomposent généralement en deux parties.

Nous consacrons la première à faire le point sur l’avancée de certains points identifiés lors de la précédente session. La deuxième partie, quant à elle, se concentre principalement sur une thématique ayant trait au développement du business (comme le suivi de la construction du business plan par exemple) ou à la communication (comme le storytelling à bâtir pour présenter clairement l’activité au vu de susciter l’intérêt de prospects) pour ainsi communiquer efficacement auprès de mes différents interlocuteurs (clients, fournisseurs, apporteurs d’affaires, partenaires commerciaux…).

Philippe m’a beaucoup aidé sur ces sujets en me challengeant, en m’obligeant à réfléchir précisément et en m’incitant à construire le bon discours.

Que vous apporte ce coaching dans votre métier ?

Avec un rythme assez soutenu au démarrage (à raison d’un atelier tous les quinze jours), ces ateliers, fixés et planifiés en amont, m’incitent à faire preuve de discipline et de rigueur dans le respect de mes engagements. De plus, cet accompagnement me permet de ne pas me laisser happer par le quotidien de mon activité. Sans ce coaching, je n’aurais certainement pas délaissé mon entreprise mais je me serai sans doute intéressé à d’autres sujets : à produire et à me précipiter sur les différentes missions sans prise de recul.

Ce coaching m’a permis de prendre conscience de la nécessité de bâtir et suivre les enjeux d’un business plan bien préparé, d’anticiper les missions suivantes et donc le développement commercial, de mener une réelle réflexion sur la communication qui doit entourer la création d’une structure telle que la mienne.

Nombreux sont, aujourd’hui encore, les dirigeants qui n’osent pas communiquer sur le fait qu’ils sont accompagnés. Qu’est-ce qui, selon vous, explique cette attitude ?

C’est une bonne question, et je n’ai pas la prétention de savoir y répondre parfaitement. Je pars du principe qu’on ne critiquerait pas un musicien ou un sportif qui fait ses gammes et qui s’entraîne tous les matins s’il a, lui-même, un répétiteur, un entraîneur. Pourquoi cela ne serait-il pas envisageable pour les dirigeants ?

Le refus d’accepter qu’un dirigeant se fasse accompagner ne me paraît pas en phase avec le monde tel qu’il est aujourd’hui. Je suis convaincu qu’un dirigeant doit pouvoir s’appuyer sur un nouveau regard qui l’incite à appréhender un certain nombre de choses, d’écarts, de comportements et à prendre du recul dans son activité.

Selon moi, le dirigeant doit être accompagné au même titre que n’importe quel professionnel spécialisé. Or, je constate qu’en France, les dirigeants ne le sont pas suffisamment.

Conseilleriez-vous à un(e) dirigeant(e) de se faire accompagner ? Voyez-vous des situations particulières propices au coaching ?

Oui. Chaque zone d’amélioration d’un dirigeant représente, selon moi, une opportunité de se faire accompagner pour élargir sa cartographie de compétences. Les situations propices au coaching varient d’un dirigeant à l’autre et sont donc nombreuses.

Propos recueillis par Lugh & Co

Tous nos témoignages de dirigeants