Personne qui monte des escaliers

Difficultés de recrutement : l’attractivité des salariés boomerang

Partager cet article

Dans un marché de l’emploi en constante évolution, la notion d’employabilité fait partie des enjeux majeurs auxquels les entreprises doivent faire face. Dans ce contexte, elles rencontrent toujours plus de difficultés à attirer les talents. Il apparaît donc nécessaire, voire indispensable, de développer des stratégies pour les attirer et les fidéliser.

Bien souvent, les moyens de sourcing sont internes (mobilités, évolutions de poste) et/ou externes (recrutements – via job boards, annonces LinkedIn…).

Certains moyens de sourcing semblent sous-sollicités comme le recours aux salariés boomerang. En effet, les entreprises font trop peu appel à leurs anciens salariés pour tenter de les réintégrer dans leur aventure.

Et si les salariés boomerang étaient la solution ?

Comment définir un collaborateur boomerang ?

C’est un collaborateur qui réintègre les effectifs d’une entreprise quelques mois ou quelques années après l’avoir quittée. Les raisons de son départ sont multifactorielles : besoin de changement, recherche de nouveaux défis, envie d’explorer de nouveaux horizons, etc. En recrutement, cette terminologie est employée pour désigner d’anciens collaborateurs qui souhaitent réintégrer leur ancien employeur, d’où l’utilisation du terme « boomerang ».

Selon une étude d’Ultimate Kronos Group (ou UKG), publiée en 2022, « 60 % des Français ayant quitté leur emploi pendant la pandémie regretteraient leur ancien poste » ; soit une réserve importante de « boomerangs ».

Même constatation dans le baromètre de l’emploi LinkedIn publié en février 2023, « la part des salariés français qui ont changé d’employeur, et qui sont revenus travailler dans une entreprise ou une organisation pour laquelle ils avaient déjà travaillé, a augmenté de 36 % en trois ans. »

Quels sont les avantages à prendre en compte les collaborateurs « boomerang » lors de vos prochains recrutements ?

  • Une connaissance approfondie de l’entreprise : pour avoir déjà fait partie de ses rangs par le passé, il connaissent l’entreprise, sa culture, ses valeurs, ses process et ses outils. Ils sont donc plus rapidement opérationnels et peuvent contribuer activement dans l’entreprise dès leur retour.
  • Une motivation et un engagement plus forts : s’ils sont partis en bons termes, leur expérience positive les amène à considérer un engagement sur le long terme.
  • Une formation déjà acquise : ils sont, pour la plupart, déjà formés et expérimentés. Leur processus de formation peut, dans certains cas, être adapté, allégé, ce qui est un gain de temps et d’argent pour l’entreprise, condition à ne pas négliger lors de l’onboarding.
  • Un potentiel apport de bonnes idées glanées à l’extérieur : ayant été dans d’autres entreprises, voire secteurs, ces salariés ont pu voir d’autres façons de faire intéressantes à transposer chez leur nouvel (mais aussi ancien) employeur.

Cette thématique vous intéresse ?

Téléchargez, sans plus tarder, notre carnet sur le management d’équipes !

Je télécharge le carnet !

3 actions clés à mettre en place pour intégrer les collaborateurs boomerang dans votre processus de recrutement

Action #1 – garder le lien avec vos anciens salariés à travers la mise en place d’une stratégie de communication efficace

Dans le cadre d’une démarche d’intégration des salariés boomerang dans vos prochains recrutements, il est opportun de garder le contact avec vos anciens collaborateurs et de les informer des avancées de votre entreprise.

Les réseaux sociaux professionnels, les newsletters internes ou encore les événements (conférences, afterworks) représentent tout autant de moyens pour y parvenir. Cela leur permet de garder le lien avec leur ancienne société et de détecter les nouvelles opportunités qui s’offrent à eux.

Action #2 – adapter le processus de recrutement en offrant des avantages spécifiques

Les salariés boomerang disposent, d’ores et déjà, d’une connaissance de l’entreprise, ce qui favorise leur intégration rapide moyennant certains ajustements (comme des délais de formation et d’intégration raccourcis en fonction de leur expérience). Il peut aussi être opportun de leur offrir des avantages spécifiques tels qu’une prime de retour par exemple. L’objectif ici étant de les motiver à réintégrer l’entreprise.

Action #3 – valoriser l’expérience acquise

Les salariés boomerang apportent des compétences et des savoir-faire que les nouvelles recrues n’ont souvent pas encore acquis. Il est donc important de valoriser leur expérience auprès des équipes.

Vous l’aurez compris, les salariés boomerang représentent un gisement précieux de sourcing pour les entreprises. Les dirigeants ont donc tout intérêt à les considérer dans leurs futurs recrutements. Comme évoqué plus tôt, cela passe par plusieurs initiatives à enclencher en interne afin de les identifier, de les séduire à nouveau, et de les réintégrer de manière efficace et rapide. De ce fait, les entreprises pourront renforcer leur capital humain et répondre efficacement aux défis économiques actuels.

Tout ancien collaborateur n’est pas un salarié boomerang !

Vous le connaissez déjà, et réciproquement. Et même si la relation redémarre, attention aux biais, notamment affectifs. Il est crucial de les limiter pour ne pas répéter les erreurs du passé qui peuvent coûter cher. Pour éviter cet écueil, il est important d’analyser les raisons initiales du départ avant de réintégrer un salarié boomerang.

Était-ce lié à un manque d’alignement avec la stratégie, avec les valeurs de l’entreprise ? Cette mobilité externe traduisait-elle une envie viscérale de la part du salarié d’évoluer dans ses missions et ses compétences ?

Prendre du recul sur le sujet est nécessaire car tout salarié boomerang n’est pas à réintégrer sans un examen attentif préalable des causes de son départ.

Si vous êtes déterminé à explorer cette piste pour réduire vos difficultés de recrutement, contactez-nous ! Nous vous accompagnons dans cette démarche pour gagner en efficacité et améliorer l’engagement et la rétention de vos collaborateurs.

Envie de (re)prendre un temps d’avance ?

Si vous être déterminé à relever ce défi, n’hésitez pas à contacter notre cabinet de coaching !

Je contacte Lugh & Co !
Partager cet article