Lugh & Co Opinions | 10 mai 2021

[Article] Pourquoi tant d’anciens cancres dirigent-ils tant d’anciennes têtes de classe ?

Combien d’anciennes têtes de classe s’agacent d’être dirigées par d’anciens cancres ou, de façon moins caricaturale, par de moins diplômés ?

Il y a d’illustres précédents. Déjà, dans sa célèbre République, Platon se plaignait : « Ceux qui sont trop intelligents pour entrer en politique sont punis en étant gouvernés par ceux qui le sont moins. »

Depuis l’antiquité, il y a de la vertu dans l’intelligence et le labeur, réputés conduire à l’excellence. Et du dépit lorsque cette vertu n’est pas sanctionnée par des responsabilités. Il n’est pas rare d’entendre tel ou tel représentant de l’élite intellectuelle se lamenter que le monde n’est pas gouverné par l’excellence académique, a priori garante du bon, du beau et du bien. On s’amusera de voir la même citation de Platon parfois traduite comme suit : « Si les gens honnêtes ne veulent pas faire de politique, ils sont punis en étant gouvernés par ceux qui le sont moins » !

Plus prosaïquement, que dire à nos enfants si après de brillantes études, ils se trouvent dirigés par des chefs dont la performance scolaire se mesure d’abord en chahuts réussis et mémorables soirées étudiantes ?

Le mérite se construit par le labeur éclairé, par l’intelligence, faculté qui permet de comprendre, d’apprendre ou de s’adapter à des situations nouvelles. Depuis l’invention du Quotient Intellectuel au siècle dernier et ses raffinements ultérieurs (modèle de Cattell-Horn-Carroll), non seulement on sait mesurer l’intelligence mais on soupçonne également qu’un facteur intrinsèque à l’individu, le facteur g, caractérise le potentiel de chacun, indépendamment de l’âge.

On sait donc orienter et prévoir le succès des étudiants, et ainsi leurs chances de participer à la direction du monde, qu’il s’agisse de sa direction intellectuelle ou de sa direction pratique, par exemple comme dirigeant d’entreprise.

Aujourd’hui, la complexité croissante de la société globale, tant du côté technologique que du côté humain, donne une importance croissante aux sciences dites « dures » autant qu’aux sciences humaines dans la gestion du monde. Cette complexité ne cesse d’augmenter le besoin d’excellence académique. Alors un boulevard devant nos jeunes diplômés ?

Einstein, pourtant au cœur du savoir académique, définissait cependant l’intelligence tout autrement : « Le vrai signe de l’intelligence, ce n’est pas la connaissance, mais l’imagination ». Si l’on précise que l’intelligence est la faculté qui permet de comprendre, d’apprendre ou de s’adapter à des situations nouvelles dans un contexte culturel donné (Howard Gardner[1]), on conclut que chercher l’intelligence sous le QI ou des tests CHC pourrait ressembler à chercher une pièce de monnaie sous le réverbère. L’intelligence en situation culturelle est plus que la réussite de tests intellectuels variés. Howard Gardner notait, au fil de ses recherches à Harvard, qu’aucun de ces tests ne détectait des dimensions telles que l’intelligence musicale ou corporelle, pas plus que les intelligences interpersonnelle et intra-personnelle. Il va jusqu’à définir sept à neuf formes d’intelligences, chacune se rapportant à une forme de l’intellect.

Pour revenir à Platon et aux anciens, on sait, depuis toujours, que l’intelligence se cultive et se développe. « Tout ce que je sais, c’est que, de tous les animaux, aucun ne naît jamais en possession de la qualité́ et de la quantité́ d’intelligence qu’il aura une fois devenu un être adulte » lit-on dans les Lois[2].

Platon ne voyait pas dans l’intelligence une faculté, mais une activité dont le développement ouvre la porte vers plus de liberté de jugement et d’action. Le mythe de la grotte nous rappelle combien nous sommes victimes de nos ressentis ou de nos attentes si nous ne cultivons pas notre intelligence au sens le plus large. L’école, puis les études supérieures nous apprennent à raisonner, à faire son jugement, à exploiter des modèles ou des théories de plus en plus puissants, pour trouver une autonomie croissante devant des situations inédites. Or, en France, l’accent mis sur les savoirs académiques négligent d’autres formes d’intelligence. Improviser un chahut magnifique ou lancer une fête mémorable n’apprend rien sur Platon et les anciens, mais déploie des qualités naturelles d’organisation et de leadership qui resteront d’autant plus utiles qu’elles seront travaillées la vie durant.

Le coaching de dirigeants porte largement sur l’émergence de ces compétences inter- et intra-personnelles dont la nécessité se fait croissante avec les responsabilités. La réticence de l’élite française à l’égard du coaching se comprend bien : celui-ci travaille des formes d’intelligences auxquelles l’héritage académique de leur formation, littéraire ou scientifique, prépare peu. Cette réticence n’en rend que plus utile le coaching dans le nécessaire équilibre entre excellence académique et autres formes d’intelligence, dont les dimensions inter et intra-personnelle.

Au-delà de la grotte académique, inspiration et leadership puisent dans des dimensions bien plus larges de liberté créatrice, qui toutes se travaillent. Le modèle de leadership Aragorn propose autant une grille d’analyse qu’un plan de travail, entre dimensions personnelles (s’exposer avec sérénité, montrer une direction, imprimer le bon rythme) et dimensions collectives (communiquer avec authenticité, encourager la contradiction, donner de l’énergie).

Alors vrai ou faux l’aphorisme de Michel Audiard : « Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît » ?

Bérold COSTA DE BEAUREGARD

(En France ainsi, il n’y pas si longtemps, les strates hiérarchiques des grandes entreprises reflétaient l’excellence académique, acquise au cours de sévères études, modérée par le respect de l’ancienneté. Ici et là, la présence de quelques cadres « promus » du rang, parfois à l’issu d’un examen lui-même bien académique, permettait de se rassurer quant à l’égalité des chances dans la méritocratie corporate. Pour autant, le QI régnait en maître.)

[1] Les intelligences multiples, Retz 1996

[2] Cité par Sylvain Delcomminette, Qu’est-ce que l’intelligence selon Platon ?. In: Revue des Études Grecques, tome 127, fascicule 1,2014. pp. 55-73;