Lugh & Co Opinions | 21 mai 2021

[Article – épisode #2] Développement durable : adapter sa stratégie d’entreprise avec lucidité et courage

Les entreprises, dont l’influence et la confiance sont supérieures à celles des Etats[1], sont sommées par la société civile de réinventer urgemment leur rapport à la société et à la planète, par une transformation de leur business model qui le rendrait compatible avec la durabilité de la planète. L’Europe a annoncé son objectif de réduction de -55% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Comment s’inscrire dans ce mouvement et aborder sereinement les 9 années à venir ? Lisez la suite pour décider d’une mise en mouvement immédiate, aux effets vertueux pas si lointains et improbables que vous ne l’imaginez.

La stratégie d’entreprise sera durable ou ne sera pas

Il n’y a pas d’entreprise qui gagne dans un monde qui perd. Il n’y a pas de plan B, car il n’y a pas de planète B.

Adopter une démarche durable n’est donc plus une option et la première étape consiste à recenser les risques et opportunités qui impactent la croissance d’une entreprise.

Des risques à évaluer et à anticiper

Comme le disait Henri de Castries, ex CEO d’AXA, « un monde à +4° n’est pas un monde assurable ». Chaque année, le World Economic Forum[2] présente à Davos une cartographie des risques, de plus en plus nombreux et menaçants pour l’entreprise : les risques environnementaux entraînent, par effet domino, des risques sociaux, économiques, technologiques et géopolitiques qu’il faut pouvoir anticiper et réduire.

Des opportunités de dégager un avantage compétitif en créant une valeur durable

Une minorité d’entreprises se sont déjà emparées du développement durable pour gagner en efficacité et en compétitivité, en se mettant en phase avec le progrès de tout un système dont l’entreprise fait partie : économies d’énergie, recyclage des déchets, offre éco-conçue attractive et largement accessible au plus grand nombre… Le développement durable présente donc des opportunités de réduction des coûts et de dynamisation de l’offre de produits et de services.

Le SWOT 3.0 pour aborder sereinement la période de transition

Comment projeter l’avenir de son activité à horizon 2030 ?

Un premier pas pour se mettre en route consiste à utiliser le modèle SWOT 3.0. Et ainsi, analyser quels sont les facteurs endogènes (forces et faiblesses) de votre activité aujourd’hui ? Et dans 3 ans ? Quels sont les facteurs exogènes (opportunités et risques) qui vont l’impacter aujourd’hui et dans 3 ans ?

En faisant cet exercice simple de projection stratégique à 3 ans vous aurez déjà une bonne représentation de la transition de votre activité et d’une feuille de route pour l’aborder sereinement.

Pour aller plus loin, les questions essentielles à se poser aujourd’hui

  • Quelles sont les externalités, positives ou négatives, de l’activité de l’entreprise impactant l’ensemble de ses parties prenantes ? Quelles sont celles qui sont les plus critiques, pour les parties prenantes, les plus influentes ? Pour les activités internes de l’entreprise ?
  • Quelle est la pression des enjeux durables (environnementaux, sociaux, sociétaux) sur les revenus et les coûts de mon modèle d’affaires, à moyen/long terme ?
  • Quelle est la conscience durable de la gouvernance ? Jusqu’où est-elle prête à se mettre en cause ? Quel est « l’écart de conscience » avec le management ?
  • Quelle est la position concurrentielle de l’entreprise, avancée ou en retard, au regard des attentes des parties prenantes qui pourraient menacer sa compétitivité ?
  • Quelle est l’expertise interne dont dispose l’entreprise sur les réponses techniques et comportementales à adopter face aux enjeux durables prioritaires ?

Ce qui compte, c’est le premier pas

La contrainte va s’exercer de manière de plus en plus forte par les investisseurs, la société civile, les régulateurs, alors pourquoi ne pas anticiper et prendre un temps d’avance, en instaurant un dialogue fertile avec toutes les parties prenantes, pour construire un futur souhaitable et durable pour l’entreprise, et donner une nouvelle direction à cette période fertile de transition par de l’innovation ?

Ne manquez pas le prochain article de cette série, où je proposerai quelques pistes inspirantes pour « durabiliser » toute la chaîne de valeur de l’entreprise.

Isabelle LEFEBVRE

Références : 

[1] 2021 Trust Barometer (Edelman) / 2021 Edelman Trust Barometer | Edelman

[2] Global Risks Report 2021 | World Economic Forum (weforum.org)