Lugh & Co Opinions | 13 juillet 2021

[Article] Reprise : comment préparer le retour au bureau de ses collaborateurs ?

Si l’on s’intéresse à l’étymologie du mot « travail », ce dernier tire ses origines du mot latin « trepalium » qui signifie « instrument de torture ». Il est ancré au plus profond de nos sociétés que le travail est associé à l’état d’une personne qui doit supporter de souffrir pour gagner son tribut, donc lié à une activité difficile et pénible à vivre.

Dans ce contexte de « reprise », il est opportun de s’interroger sur comment revenir au travail alors que le conscient collectif est en peine après une année 2020 de cristallisation et de polarisation sur la pandémie du Covid-19 et de ses conséquences graves sur nos vies.

Nous avons dû vivre, et ce à l’échelle planétaire, des périodes de confinement « subi » avec, pour certains d’entre nous, des conséquences sur notre mal être mental, du fait de « l’isolement forcé », des peurs pour nos vies et celles de nos proches, de la perte de nos jobs pour certains et/ou de la perte de sens pour d’autres, des angoisses existentielles. Nous avons vécu un effet « yoyo » du confinement au déconfinement, du désespoir à « l’espoir temporairement retrouvé » …

Pour d’autres, ces périodes de confinement donnant accès à la digitalisation et donc au télétravail, a été une clé de ré équilibrage entre la vie professionnelle et la vie personnelle, favorisant un focus sur l’échelle des priorités (famille/travail).

Cet effet « fragmentation », mal vécu par les premiers, effritant nos relations – familiales, amicales, professionnelles – éclatant nos vies à l’isolement et au scepticisme à l’encontre d’un « autre » ; nous amène à imaginer un autre mode de vie au travail pour reconstituer une unité sociale qui nous est vitale pour s’épanouir et revenir au bureau avec enthousiasme.

Les dirigeants s’interrogent et les DRH ont la lourde charge de ne pas rater ce mouvement de « ré intégration de poste professionnel ».

Aux dires des dirigeants et des cadres que j’accompagne, pour revenir au travail, les collaborateurs auront besoin de se sentir « serein et ré assuré ».

« Serein » : lever les doutes sur de probables contaminations mutantes (le variant delta en est un exemple).

Dans ce contexte, l’entreprise doit ainsi garantir à tous qu’elle est dans le souci permanent du contrôle de la santé au travail de chacun.

« Ré assuré » : travailler dans un environnement sain et sûr.

Dans ce contexte, les gestes barrières doivent être maintenus, la distanciation sociale doit être respectée, le port du masque doit être nécessaire lors de réunions collectives ; mais pas que…

Les équipes des Ressources Humaines ont également leur rôle à jouer, davantage orienté vers la santé et le bien-être au travail des collaborateurs.

Pour assurer un retour au bureau dans des conditions optimales, il serait opportun de proposer un entretien individuel à leurs managers, avant la « ré intégration au poste de travail », pour évaluer leurs ressentis, donner libre cours à la parole pour expurger le mal être…, prendre le temps de « se rencontrer », d’être en empathie avec l’autre, de faire preuve d’écoute. Cet entretien porterait sur les besoins et les attentes de chacun pour réassurer le collaborateur dans sa fonction. Pour préparer le retour au bureau et cet entretien individuel, une fiche « Bien être au Bureau » pourrait être proposée pour en faciliter la conduite. Cette dernière comporterait des questions sur les attentes et les besoins du collaborateur en intégrant un axe sur un projet personnel d’innovation pour l’entreprise.

Une fois exprimés, ces besoins et ces attentes feraient l’objet d’un échange avec le manager, afin que ce dernier puisse se ré approprier son rôle fonctionnel de hiérarchique et organiser un nouveau mode de travail collaboratif.

Parmi les différentes pistes à explorer pour optimiser la QVT des collaborateurs et leur permettre de revenir au bureau avec enthousiasme dans ce contexte de reprise, l’on peut citer :

  • Des propositions de réaménagement, de changement de bureau ou d’espace ce qui permettrait aux collaborateurs de se réapproprier leur lieu de travail.
  • Des activités de sport mais aussi de relaxation.
  • Des échanges réguliers avec ses collaborateurs sur leurs projets à 6 mois ou 1 an qui leur tiendrait à cœur, afin de démontrer encore une fois, votre reconnaissance à leur égard, votre ré assurance, gage de sérénité pour leur redonner envie de vivre le collectif différemment, leur redonnant pleinement confiance en leur employeur, et fierté d’appartenir à l’entreprise.
  • Des rituels à ré instaurer en interne pour rétablir la cohésion des équipes mise à mal lors de la crise sanitaire.

Le rôle du manager est ici capital. Il doit faire preuve d’empathie et de compréhension avec le regard et la posture du coach, dans l’optique de re consolider une équipe qu’il voudra à termes gagnante.

Les DRH devront ici se saisir d’accompagner et former leurs managers à cet effet.

Alors, prêts pour le retour au bureau ?

Catherine Silvestrin