Jean-Pierre Le Borgne

Inspirations

  • Artiste : Leonardo Da Vinci et sa curiosité et sagacité (presque) sans limites. Artiste, ingénieur, anatomiste ou architecte, il a réussi – et continue – à marquer les esprits par son inventivité depuis 500 ans dans des univers aussi diversifiés en ayant toujours à cœur d’aller au-delà des certitudes et conventions établies.
  • Œuvre : « Gladiator » de Ridley Scott pour la puissance des images mais aussi la résilience du héros pour atteindre son objectif.

Parcours

Cela fait plusieurs années que je réfléchissais à une orientation différente de mon parcours professionnel. Alors que ma réflexion me conduisait depuis un certain temps sur le chemin du management de transition, mais aussi de l’enseignement, c’est – sans prévenir – que j’ai pu découvrir l’art du coaching de dirigeants, et le déclic a été immédiat et total.

Quand je débarque à Londres chez Banque PARIBAS (Janvier 1990), presque surdiplômé (Ingénieur des Mines, DEA Intelligence Artificielle et MBA HEC à 24 ans), je rêve d’un parcours en Fusions Acquisitions. Très vite la réalité du marché pour les « juniors » en M&A et le fonctionnement de cette belle maison vont me ramener à une toute autre réalité.

Depuis ma bascule du côté opérationnel dans un univers de production (leader européen de l’impression grand format d’affiches), ma carrière et mes expériences ont été rythmées par des rencontres humaines fortes, marquées par une forte adaptabilité et à chaque fois l’impact de la montée en puissance du digital. Sur ce dernier point, sans paraitre ancien combattant, à la tête du premier groupe que j’ai créé (Web Valley), dès 1995 je me suis retrouvé au cœur de l’arrivée en masse du digital dans la chaine valeur de traitement de l’image. Après une phase de restructuration et repositionnement, il a été possible d’utiliser cette évolution comme une opportunité pour au final introduire le groupe en Bourse (Avril 1997) comme un acteur intégré sur la chaine de valorisation de l’image multi-supports dont les sites internet…Alors que tout se présentait bien, un mélange de choix techniques mal évalués, un peu trop de confiance vis-à-vis de certains managers et de « tendresse » vis-à-vis de mes associés ne m’ont pas laissé d’autres choix que de devoir céder le groupe « à l’arrache » début 2001 pour éviter son démantèlement.

Après 25 années de Présidence et Direction Générale opérationnelle, essentiellement de PME et ETI, dans des univers très variés, avec des hauts et des bas, ma dernière expérience aura été l’aboutissement d’un cheminement dont les 30 derniers mois auront été particulièrement difficiles tant l’isolement a été pesant.

Loin de me considérer comme un artiste, la philosophie, l’enthousiasme et le discours des associés de Lugh & Co ont pleinement raisonné avec mes nouvelles aspirations professionnelles et personnelles. Entre curiosité, empathie, enthousiasme, exigence, générosité, humilité, partage et plaisir, pouvoir mettre au service de dirigeants mes expériences (bonnes et moins bonnes) pour accompagner le développement harmonieux de leur entreprise, le pas a été facile à franchir.

Jean-Pierre Le Borgne a notamment écrit