Edwige Zandecki

Inspirations

  • Artiste : Vincent Van Gogh pour sa ténacité, et son évolution artistique, toujours en adéquation avec sa vision personnelle 
  • Œuvre« L’insoutenable légèreté de l’être » de Kundera, pour la description fine, délicate et perspicace de la complexité des sentiments humains

Parcours

S’intéresser à beaucoup de choses, mais ne pas savoir quelles études choisir. Se tourner vers l’expertise-comptable pour la diversité des matières étudiées (oui, il n’y a pas que la comptabilité !) Effectuer une partie de mes études en alternance pour rentrer tout de suite dans le vif du sujet. A quoi bon accumuler des connaissances théoriques si on ne les confronte pas à la réalité ?

C’est pourquoi j’ai débuté par l’expertise comptable, avant de me tourner vers l’audit financier. Je me suis aperçue assez rapidement que ce qui me plaisait dans ce métier, c’était la diversité des secteurs dans lesquels j’ai pu intervenir, et avant tout le contact humain, riche et varié.

L’humain : c’est justement ce qui est au centre de l’entreprise ! Tout tourne autour de cela ! ! Il s’agit du client, fournisseur, collaborateur, responsable, manager, directeur…

Prendre du recul et de la hauteur sur les situations, cela a été mon métier pendant de nombreuses années. Et c’est, entre autres choses, ce que je continue à apporter à l’entreprise, mais de manière différente. Parfois isolé dans sa fonction, le dirigeant (ou manager) peut avoir besoin d’une personne extérieure pour le challenger et l’accompagner. J’ai donc choisi d’accompagner les dirigeants et les entreprises afin de leur faciliter la prise de recul, d’aider à la prise de décision, de réconcilier l’humain et les performances chiffrées de l’entreprise.

Je crois également à la force du collectif et c’est naturellement que j’ai rejoint Lugh & Co, dont la devise est « diriger est un art ».

Pourquoi adhérer au fait que diriger est un art ? J’ai pratiqué le théâtre et foulé les planches pendant plusieurs années. Un texte intéressant et de bons acteurs peuvent sembler suffisants pour faire une pièce intéressante. Mais le rôle du metteur en scène est essentiel (tout comme celui du chef d’orchestre à un concert) : il donne sa vision aux comédiens qui s’en inspirent pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Donner sa vision, inspirer, recadrer quand le comédien s’éloigne trop du sujet, modifier la distribution si nécessaire, permettre à l’autre d’être le meilleur possible dans un rôle défini : tout un art ! C’est bien ça diriger, non ?