[Article] Coaching professionnel et coaching d’entreprises : deux approches différentes mais complémentaires

Partager cet article

Tout le monde a entendu parler de coaching, et tout le monde connaît un coach, ou quelqu’un qui en connaît un. Signe évident que ce format d’accompagnement est de plus en plus courant.

Pourtant, même en restant sur sa seule application en entreprise, peu savent expliquer les 2 grandes approches que sont le coaching professionnel et le coaching d’entreprises. Et même la plupart des coachs les confondent. Il est donc temps d’apporter une explication claire.

Rappel de la définition du coaching

Pour rappel, le coaching est un accompagnement professionnel personnalisé permettant d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans la vie professionnelle et/ou personnelle.

Qu’est-ce que le coaching professionnel ?

Une première approche, la plus ancienne, est issue du registre psychique, soit de la psychologie et de la psychothérapie. Pour faire simple, il s’agit d’accompagner la personne dans sa relation à elle-même, et dans ses relations avec son écosystème. Le coach accompagne la personne coachée pour qu’elle trouve un chemin qui lui convient, et qu’elle soit capable de le refaire en toute autonomie. Dès lors qu’il s’est appliqué à des personnes dans l’entreprise, il a pris le nom de coaching professionnel (par opposition à personnel, et non pas à amateur).

Qu’est-ce que le coaching d’entreprises ?

Une seconde approche est “apparue” avec le nouveau millénaire : issue du registre technique, donc davantage de l’univers du conseil et de l’expertise, elle consiste à accompagner la personne dans l’exercice “technique” de sa fonction (stratégie, management, achat, finance, commerce, innovation, recrutements, etc.). Couvrant l’ensemble des sujets de l’entreprise, il s’est nommé coaching d’entreprises (business coaching chez les anglo-saxons). Le coach accompagne la personne coachée pour qu’elle trouve un chemin qui lui convient, mais il l’accompagne aussi sur ce chemin, comme un sparring partner.

En simplifiant à l’extrême, on pourrait dire que le coaching professionnel adresse les soft skills, et le coaching d’entreprises les hard skills.

Cette thématique vous intéresse ?

Téléchargez sans plus tarder notre carnet sur le coaching en entreprise !

Je télécharge le carnet #1 !

Coaching professionnel, coaching d’entreprises : une confusion qui persiste entre les deux approches

Bon nombre de coachs professionnels (99 % des coachs en France) abordent le registre technique en s’appuyant sur leur expérience professionnelle. En fonction de celle-ci, ils se sentent plus ou moins à l’aise suivant les sujets abordés par la personne coachée.

Quant aux coachs d’entreprises, ils s’orientent aussi vers le registre psychique, en se basant sur des éléments de bons sens (les postures observables par exemple), ou sur leurs connaissances issues du registre psychique et ne nécessitant pas d’études approfondies (triangle de Karpman, engrenage des postures, syndrome de l’imposteur, croyances limitantes…).

Voilà pourquoi tant de coachs confondent les deux approches : ils pensent parler de la même chose, puisqu’ils font les deux. Et il est vrai que le nom des deux approches amplifie cette confusion : un coach se dira facilement professionnel et d’entreprises puisqu’il intervient en entreprise et que c’est un professionnel.

Cette méconnaissance se traduit à tous les niveaux des interlocuteurs du coaching : les coachs eux-mêmes, qui croient savoir faire les deux, alors qu’ils n’ont été formés qu’à l’une des approches, les donneurs d’ordre qui demandent des coachs professionnels, sans savoir ce qu’il y a derrière vraiment, etc.

Cette différence d’approche se traduit aussi par des “tensions” entre coachs : les “ultras” du coaching professionnel considérant que le coaching d’entreprises n’est pas du coaching, et ceux du coaching d’entreprises pensant que les coachs professionnels sont plus des adeptes du divan que des personnes susceptibles de bien faire progresser un dirigeant dans son métier.

Coaching professionnel et coaching d’entreprises : deux approches complémentaires

L’être humain n’est pas étanche entre ses registres psychique et technique. Un dirigeant ayant les meilleures compétences techniques, mais aucune capacité humaine, ne réussira pas. Et a contrario, s’il est humainement irréprochable mais qu’il n’a aucune compétence technique, sa société ne saurait être pérenne. Les deux registres sont donc complémentaires. D’autant plus quand le coaching porte sur le travail de son leadership, sujet mariant les deux registres.

En France, en dehors des formations délivrées par UPGY et par l’école interne de Visconti, les autres formations au coaching en lien avec l’entreprise sont du coaching professionnel, donc issue du registre psychique.

Pour faire un parallèle, ces deux voies sont comme écoles d’ingénieurs et écoles de commerce. Bon nombre d’ingénieurs font des MBA, et des commerciaux font des Mastères de Sciences, témoignant une nouvelle fois, que les deux approches sont complémentaires. Mais il est important de retenir qu’un coach n’a pas à être un expert de tel ou tel domaine.

De “l’autre côté”, les dirigeants veulent voir leur entreprise grandir, croître. Et comme tout être humain, leur sphère relationnelle et celle de l’exercice de leur fonction ne se sont pas étanches l’une par rapport à l’autre.

Mais comme leur société est un organisme vivant, en constante évolution, en chahutage permanent, et qu’ils sont seuls à sa tête, ils ont envie, besoin, quand ils sont accompagnés, de pouvoir travailler sur les sujets importants qui la font évoluer. Il faut donc pouvoir les challenger sur ce registre technique. C’est d’ailleurs une demande de plus en plus exprimée par les clients de coachs professionnels : le besoin d’être davantage sur l’opérationnel et le fonctionnement de l’entreprise.

Maîtriser les deux approches de coaching est donc une force pour l’accompagnement de dirigeants. Mais, comme pour commerciaux “vs.” ingénieurs, il est plus simple de passer du registre technique au registre psychique que le contraire, au regard de la très grande majorité des cas et des attentes. D’autant plus, comme dit précédemment, qu’il n’y a pas besoin d’être un expert, ni du côté technique, ni du côté psychique. J’ai d’ailleurs vu beaucoup plus de coachs professionnels se former au coaching d’entreprises, que le contraire.

Pourtant, nombreuses sont les personnes qui deviennent coachs professionnels en se disant que leur vécu en entreprise est suffisant pour coacher des dirigeants aussi sur le registre technique.

Or, il y a une différence très importante entre “j’ai fait” et “je dois challenger quelqu’un sur… pour qu’il garde un temps d’avance”.

Peut-être parce qu’il n’y a pas encore suffisamment de formations en France au coaching d’entreprises ?

Chez Lugh & Co, nous accompagnons des dirigeants, des leaders, donc des personnes pour lesquelles le travail sur les deux registres est indispensable. C’est pourquoi, tous nos coachs sont formés au coaching d’entreprises, car nous avons constaté qu’à de rares exceptions près (burn out, stress intense, etc.), les dirigeants cherchent à progresser d’abord en même temps que leur entreprise. Et cette dernière évolue bien plus vite que la psychologie. Mais plus de la moitié d’entre eux sont aussi des coachs professionnels.

Ainsi, les Partners Lugh & Co ont une approche complète, et sont capables d’aborder l’ensemble des registres. Mais aussi d’innover dans des approches empruntant aux deux mondes. C’est là une de nos forces, car notre conviction est que Diriger est un Art, et comme tout artiste, un dirigeant ne peut devenir extraordinaire qu’en travaillant sa technique et son style.

Xavier BAUDARD

Découvrez comment Lugh & Co accompagne
les dirigeants d’entreprises

Je découvre la palette d’offre Lugh & Co !
Partager cet article